Alan Wake 2, sera, ou ne sera pas...

Publié le par Anakaris

alan-wake1.JPGJe suis un putain de pro-Sony.


Voilà, ça, c’est dit.

Mais non, ne partez pas si vite ! Je ne qualifie pas tous les pro-Sony de « putains », et je ne suis pas non plus un mouton, quand quelque chose me casse les couilles je le dis ! Comme cette histoire de policiers qui vont encore s’en prendre plein la gueule suite à la mort accidentelle d’un maghrébin (Ahmed, c’est quoi pour vous, un scoreur coréen sur Starcraft II ?) qui aurait plongé dans la Seine pour échapper aux forces de l’ordre. Bon ça c’est une autre affaire, et oui, je tiens du côté des policiers, si vous croyez que c’est un simple jeu…

Donc, disais-je, je suis un pro-Sony, mais pas un teubé comme on peut très souvent en croisé sur les forums de Jeuxvidéo.com, j’ai des avis à exprimer, une connaissance réelle des jeux vidéo, et surtout, de la tolérance.

Et c’est avec cette tolérance que je m’en vais vous parlez ce soir d’Alan Wake, ou du moins sur les « après » de la sortie du jeu exclusif à la console de Microsoft. Le contrat de base entre le développeur finlandais Remedy (auteur entre autre des Max Payne, avant d’avoir revendu la licence à prix d’or à Rockstar afin de financer le dit Alan Wake) spécifiait que la commande se tiendrait en un seul morceau, soit un jeu unique, plus éventuellement une option marketing (film dérivé, DLC, suite, bien que cette dernière option soit très peu probable à la base car elle contredirait les termes même du contrat de départ). Le jeu fut un véritable chaos et gouffre financier pour le studio (bien que moindre qu’un Red Dead Redemption, un Gran Turismo 5 ou un Final Fantasy XIII pour leur développeurs respectifs), on savait les gens de Remedy consciencieux et soigneux, mais pas à ce point là. On estime d’ailleurs à ce sujet, qu’il aura fallu museler fermement les autorités de Microsoft afin que le contrat ne soit tout simplement pas rompu (une rumeur monnaie courante en 2008 faisait état de ce genre de décision absolue).

Le jeu sort, fait son petit buzz, mais se vend mal, pire, le succès critique pur est mitigé et les qualités dignes d’un soft extrêmement ambitieux développé sur prés de 5 ans ne sont pas forcément au rendez-vous. Un jeu en demi-teinte, assurément. Si les réactions des joueurs ne se sont pas fait attendre, celles des commanditaires du jeu restent encore floues. Ainsi, on ne sait pas réellement si Microsoft est satisfait de l’exclusivité fournie par Remedy. Tout au plus, on ne peut que faire des suppositions plus ou moins menées par l’objectivité et l’envie de casser du ricain (ou du Microsofteux) de chacun. La société de Redmond est-elle si rancunière, au point de se séparer de Remedy comme d’une vieille chaussette qui aurait mal fait son boulot un soir d’hiver ? Ou est-ce que Microsoft tient à se construire un catalogue d’IP en agissant raisonnablement, en donnant sa chance à chacun, en prenant quelques risques et en permettant à Remedy de transformer l’essai ? Si de tout cela, on ne peux encore juger catégoriquement, un léger élément de réponse nous viens ici ce soir, une déclaration de Oskari Häkkinen, ponte du studio et responsable de la franchise nouvellement créer. Je cite « Nous voulons vraiment le faire », ah mais c’est que je n’en doute point mon cher monsieur, après tout, 5 ans, c’est long, et niveau background sûrement que vous avez eu le temps de produire quelques trucs que vous n’avez pas pu insérer pour une raison ou une autre dans le soft final. L’intéressé de confirmer en disant « Nous avons de supers idées pour un Alan Wake 2 ». Voilà qui laisse aux fans du premier opus une lueur d’espoir, mais attention voilà la chute. Häkkinen finit sa déclaration par un douteux « Je ne vois pas pourquoi nous continuerions pas à travailler avec Microsoft pour une suite. (...) Je pense que l'envie est des deux côtés". »

 

« Je ne vois pas pourquoi nous continuerions pas à travailler avec Microsoft pour une suite » : Moi je vois, très clairement même. Le manque de résultat ? Le bide commercial (relatif) que le jeu a produit, le gouffre financier auquel il a été sujet ? La nature de Microsoft à ne pas prendre de risque outre mesure et à se séparer le bon grain de l’ivraie quitte à trancher dans le lard comme ce cher Marcus Phoenix. D’autant plus dommage et relatif que Sony a connu le même genre de soucis (d’ampleur un peu moindre tout de même) avec Naughty Dog et leur premier Uncharted. Pourtant, 2 ans plus tard, voilà qu’une suite nous est lancer en pleine figure et se paye le luxe de figurer parmi les touts meilleurs jeux vidéo de la création !

 

« Je pense que l'envie est des deux côtés » : Encore une fois je n’en doute pas, que les gens de Remedy ai envie de remettre cela. Mais dans le genre « Il y a un contrat, il faut le respecter », Microsoft serait bien tenter de balancer à la va-vite cet argument en carton pâte pour s’éviter une suite qui pourrait bien les foutre sur la paille. Proche de ses sous Microsoft ? Pas tellement, pour ce qui est de leur festival (X05 par exemple), Kinect et du financement de quelque studio comme Lionhead (Fable), ils n’y vont pas de mains mortes. C’est juste que les américains en général, ça n’aime pas perdre de l’argent, surtout si dans leur plan minutieusement préparé leur équation ne s’avère pas exacte. Surtout si ils on l’impression de ne plus trop rien contrôlé. Surtout si ils ne sont plus sur d’en tirer véritablement bénéfice à la sortie du processus.

 

Une sorte d’appel à l’aide à peine voilé de désemparement de la part de Remedy donc. Du genre « S’il vous plais croyez-nous, on a voulu faire un super jeu pourtant, c’est pas not’ faute ohlala c’est pas juste ! ». Une sorte d’offre du genre « Bon, et qui qui veux d’un Alan Wake 2 maintenant ? EA ? Non… Activision ? Non plus, bon… », assez navrant et je dirais même, triste, pour ceux qui comme moi ne s’intéresse pas que à la qualité des blockbuster du type Modern Warfare 2, mais à tout ce qui a autour et tout ce qui engendre argent et ressources humaines.

 

Je suis un pro-Sony, et pourtant, j’ai de la peine pour les fans d’Alan Wake, j’ai de la peine pour ce studio (à la base freelance donc multi support) qui semble-t-il s’est englué dans une toile d’araignée nommé « Microsoft », liberticide et qui pue franchement l’argent facile (pour ne pas dire sale).


Je suis un pro-Sony, et pourtant je soutiens une exclusivité Microsoft.

 

Musiques écoutées lors de la rédaction de l'article:

Alter Bridge - Metalingus

Stone Temple Pilots - Plush

Commenter cet article

Anakaris 11/08/2010 14:32


IP pour Intelectual Propriety, donne en français Propriété Intellectuelle.
C'est en gros une création sous copyright que l'on accorde à une personne, groupe ou société. Final Fantasy et une IP de Square-Enix juridiquement et artistiquement parlant, Star Wars est une IP de
George Lucas (et à fortiori de son groupe Lucas film), Spider-Man est une IP de Marvel Comics, etc.


Scott Summers 11/08/2010 14:29


jvé peut etre avoir l'air con, mais c'est quoi une IP?


iron-mike 10/08/2010 19:43


la xbox a des points fort c'est indéniable !

tu conais mon avis !


Xaoras 10/08/2010 17:46


Ouaip on est trois ^_^ content que le tout te plaise ! ^^


AceDojo 10/08/2010 16:21


Ah oué maintenant que tu le dis jvient de le voir!
Bah du coup jsui obligé de feliciter tout le monde, c'est chouette et vos article sont bien écrit, je veux dire ya un petit truc en plus on vois que vous etes sympatique et tout :)


Sylar-rock 10/08/2010 16:59



Merci