Top 3 des jeux finis un nombre incalculable de fois [par Anakaris]

Publié le par Anakaris

Je suis un hardcore gamer. Qu’est-ce qu’un hardcore gamer ? Loin de moi l’envie de polémiquer. Je conçoit parfaitement que la notion d’hardcore gamer se concède en fonction des expériences vidéoludiques et du degrés de passion de chacun pour ce à quoi j’accorde le statut d’art : le jeu vidéo.

Un hardcore gamer, selon moi, c’est aussi bien un type qui joue à un Gran Turismo, un Tekken, ou plus récemment un Red Dead Redemption, qu’un type qui s’adonne à un Final Fantasy, un Silent Hill ou un Maximo. Un hardcore gamer, c’est un joueur qui cherche après la quintessence absolue du potentiel caché des personnages d’un Disgaea, quitte à y passer 250 heures devant son écran; c’est un joueur qui n’hésite pas à importer un Front Mission tout droit venue du Japon sans traduction aucune; c’est un joueur qui se lance dans un Dante Must Die de Devil May Cry comme il se lancerait dans une partie de pétanque avec son grand-père un soir d’été. Un hardcore gamer, c’est un passionné du jeu vidéo avant tout, un joueur qui donne un point d’honneur à essayer tout les types de jeu, à jouer et à diversifier sa culture aux maximum, à réussir les plus grands exploits et à reconnaître le bon du mauvais dans un jeu vidéo en un coup d’œil; à ne point juger sur des graphismes haute définition mais sur un gameplay parfaitement huilé et sur un scénario bien ficelé, innovant et captivant. Un hardcore gamer peut aussi bien être un joueur qui passe sa vie sur Call of Duty qu’un joueur qui a atteint les 255 à chaque statistique dans Final Fantasy X, un hardcore gamer, c’est un amoureux de jeu vidéo avant tout.

 

Mais diable pourquoi vous dis-je tout cela, me questionnerez vous ? Et bien tout ça pour introduire une petit classement auquel j’ai pensé cette nuit, à propos des jeux qui sont le plus de fois passer à la moulinette dans mon antre chambre. Ce genre de jeu qui nous fait absolument pas peur de finir plus d’une fois, que l’on ressort toujours du placard après seulement quelques mois, ce genre de jeu que l’on connais comme le fond de nos chaussettes tant on y a passer des heures à dénicher bonus et secrets. Et bien voici les miens, ou du moins ceux qui détienne ce record si incroyablement élevé de nombre de fois fini.

 

3° Star Wars: Jedi Knight II Jedi Outcast sur PC

jek2pc0b.jpg

Dans la série “age d’or de LucasArt”, je demande le jeu Star Wars le plus abouti: Jedi Knight II Jedi Outcast. Un scénario qui à l’époque tenait la route, loin des hérésies que je vois avec dépit dans la série The Clone Wars (Anakin, maître Jedi o_O ?!). Des graphismes honnêtes mais surtout un univers absolument inimitable qu’est celui de la Guerre des Etoiles (attention, depuis 2006, cela a été officialisé, la licence se nomme internationalement Star Wars, exit donc « La Guerre des Etoiles »). Les effets aux sabres sont tout simplement jouissifs, son doux vombrissement à mes oreilles à chaque fois que je l’active de la touche F1 de mon clavier me fait déborder de gloire et de volonté à trancher dans le vif de ces vils guerriers Sith qui se dressent par dizaines sur mon chemin. Courageux, je m’élance sus au Mal absolu qui gangrène la galaxie aux côtés de mon valeureux maître Luke Skywalker, l’aventure prend des airs franchement homériques sous la patte sonore originale de John Williams pour le peu que l’on colle à l’ambiance et que l’on se rende compte des actes héroïques que nous somme en train d’accomplir. Un périple complet qui nous fait visiter des lieux déjà vu dans la trilogie originale aussi bien que des décors originaux (Nar Shaddaa) qui titillent avec ferveur notre imagination, elle qui ne demande qu’un guide pour s’évader aussi loin que les limites galactiques lui permette. L’ambiance nous traverse, l’expérience se fait intense et le plaisir de jeu pur s’en trouve décupler.

En clair, c’est un jeu (et d’ailleurs le seul jeu PC auquel j’ai joué jusqu'à en rayer le CD) que j’ai fini un nombre incalculable de fois.

 

2° Resident Evil Rebirth sur Gamecube

revigc0a.jpg

Ah Resident Evil! Elevé à mon sens au rang de monument du jeu vidéo depuis la sortie tel un messie du quatrième opus, véritable renouvellement de la saga, Resident Evil fait partie de mes série de jeu vidéo favorite depuis bien des lustres. La raison en est simple. Le fait qu’il faut être méthodique, calme, patient, voir même parfois calculateur dans les modes de difficulté les plus coriaces, m’a toujours apporté en jouant à un Resident Evil une certaine estime de moi-même. Finir un Resident Evil en mode hard n’est pas une si mince affaire que cela, et s’enorgueillir d’un tel exploit vidéoludique nous fait nous élevé vers d’autres sphère autrement moins accessible du petit monde du jeu vidéo. L’appétit vient en mangeant dit-on, finir un Resident Evil en mode difficile donne de l’appétit, le régal et le contentement vient lorsque l’on remplis diverses épreuves plus ardues, plus exigeantes, c’est aussi ça, être un hardcore gamer, pas seulement finir un jeu 50 fois d’affilé, mais aussi ne pas hésiter  à repousser ses limites et se remettre en question dans un domaine que l’on croyait maîtrisé jusqu’au bout des doigts.

Autrement que par le fait que jouer à un Resident Evil dans les modes de difficulté les plus avancés m’apporte satisfaction personnelle, c’est au niveau de l’ambiance si particulière du premier (en réalité du remake, Rebirth, sur Gamecube) qui fait que je sois si attaché à ce jeu. La perfection des graphismes mène à une perception de l’horreur beaucoup plus claire et forte en impact visuel que l’œuvre d’origine, ce qui aide beaucoup au ressenti profond. Nous n’avons plus besoin de porter à l’extrême notre imagination pour entrevoir tout les détails morbides de l’aventure comme ce fut le cas sur Playstation, là, l’avancé technique nous sert sur un plateau d’argent sanguinolent un périple mille fois plus choquant et plus immersif. Le degrés de cultissime qu’atteint ce jeu se justifie en plus de cela par un game design de très haute qualité où tout semble s’être bonifié avec le temps : la cartographie minutieuse du labyrinthique manoir, les énigmes parfois à en perdre la raison, les apparitions dans un foudroiement tant sonore que visuel de créatures cauchemardesques, les coup de tonnerre qui retentissent dans la nuit à chaque coup de fusil à pompe. Tout cela contribue à faire de Resident Evil Rebirth un des jeux les plus cultes qui m’ai été donné d’avoir. Je ne saurais dire exactement combien de fois ai-je vu la scène de fin, mais l’adjectif « énormément » se prête très bien à l’occasion.

 

1° Metal Gear Solid: The Twin Snakes sur Gamecube

mgssgc00b.jpg

Etrangement, les deux jeux que j’ai terminé le plus de fois se trouve être des jeux sur Gamecube. Le petit cube violet de Nintendo. Console portant des jeux de qualité mais littéralement écrasée par le rouleau compresseur Playstation 2 de SONY eut bénéficié d’avantage d’un succès d’estime (la console reste made in Nintendo tout de même) que commercial. Et pourtant, elle porte quelque un des mes jeux les plus adulés de ma ludothèque, Resident Evil Rebirth, Metroid Prime, mais aussi le remake de Metal Gear Solid premier du nom : The Twin Snakes.

Au départ, je pensais mettre en troisième position Resident Evil 4 (toujours version Gamecube) que j’ai fini très exactement 9 fois (3 par chaque mode de difficulté disponible), mais vient plusieurs problèmes évident.s Deux Resident Evil dans un top 3, bonjour la variété et le fanboysme aiguë. Et puis, 3 jeux marqués du sceau de Nintendo sur leur jaquette, non, définitivement non. C’est pour cela que j’ai opté pour Jedi Outcast, qui sans être avec certitude celui que j’ai fini le nombre de fois le plus élevé, reste un des jeux que je ressort régulièrement afin d’en voir une énième fois le bout.

Pour en revenir au number one de ce classement, c’est probablement le remake le plus marquant que j’ai jamais vu. Le jeu d’origine étant d’une rare qualité, d’une intensité saisissante et faisant preuve d’un souci du détail bluffant, le remake sublime la recette pour rendre The Twin Snakes profondément bouleversant. Des graphismes au top de l’époque, une bande son hollywoodienne audacieuse, des personnages captivants et attachants, un scénario complexe qui promet des dénouements plus que mémorables et un gameplay tout ce qui a de plus intelligemment disposé et intuitif (bien que Kojima ait sans cesse fait mieux encore à chaque suite) fait de The Twin Snakes une perle dans toute bonne ludothèque. Un choc absolue, une aventure inoubliable, des émotions en veux-tu en voilà, des scènes d’un culte inégalé encore aujourd’hui, une expérience intense où l’engagement de soi est extraordinaire et ou l’entrain laisse place à une passion dévorante, voilà ce que propose Metal Gear Solid dans son ensemble, et plus particulièrement ce que fut The Twin Snakes à mon égard.

Oui, je suis un pro-je ne sais quoi, oui Kojima est Dieu à mes yeux, et oui, je l’ai fini au bas mot 30 fois (version PS1 et Gamecube réunies), mais avant de crier au scandale, sachez qu’en zappant les scènes, et au bout de quelques tentatives, le jeu se finit en un peu moins de 1h15 ; donc non, je ne suis pas si extraordinaire que cela ;).

 

Musiques écoutées lors de la rédaction de l'article: Michael Jackson - Who is it; Dangerous; In the Closet & Give in to Me.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

'Becca Leonhart 08/08/2010 18:00


Jolie classement, j'avoue avoir jouer des heures a Jedi Academy (la suite de jedi outcast), le faire de pouvoir créer son sabre (double, orange si ca vous chante, violet meme) et apprendre des
technique descrime c'est vraiment excellent :).

Pour ce ki est du hardcore gaming je sais pas, je suis loin d'avoir ta culture donc j'en dirais rien xD!


Anakaris 08/08/2010 13:36


A ton avis pourquoi je les ai finis autant de fois, ils sont si populaire parce qu' il sont très bons... J'ai jamais vu personne finir un jeu qui se prend des 2 et des 3/20 dans la presse...

faudrait voir en plus ce que t'appelle jeux populaires, parce que toi Jak & Daxter 007 Nightfire etc, c'est pas ce qu'on pourrait appeler des jeux de niche genre "je suis un pur hardcore gamer
je joue qu'a des jeux japonais non traduit totalement inconnu", hein...


Xaoras 08/08/2010 01:17


Un top 3 des jeux pas très connus sa pourrait-être une bonne idée !^^


[]Archangel[] 07/08/2010 22:38


Joli top 3, bon d jeux très populaire evidemment j'aurais penser peut etre voir un jeu un peu moins connu, mais bon spa pour rien quil sont populaire justement. Ptet que taurai du fr un top 5
non?

Les miens c'est jak and daxter > 007 nightfire > onimusha 3


Akira59 07/08/2010 15:03


pour ski est de la notion de hardcore gamer, je pence que tu resume bien les fai, meme si c vrai que ca plaira pas a tout lmonde.
Mais ce egnre de notion est devenu plus qu'abstraitre avec larrivé de la Wii... :/